Historique: EFFETS DU SOLEIL SUR LA PEAU
EFFETS DU SOLEIL SUR LA PEAU
Le soleil est indispensable à la vie, mais il peut devenir réellement néfaste en cas d’expositions non contrôlées et intempestives. Le coup de soleil essentiellement lié aux expositions aux rayons ultraviolets B et que l’on cherche toujours à éviter n’est pas la seule conséquence ou seul témoin de son agressivité. On sait maintenant que les rayons ultraviolets A sont aussi dangereux voire même plus dangereux car l’organisme peut en recevoir de grandes quantités sans que le moindre signe d’alarme : en général il n’y a jamais le coup de soleil avec ses sensations de brûlure et de douleur pour indiquer au sujet qui s’expose que les quantités de rayonnement UVA reçues sont déjà trop importantes.

LES EFFETS BIOLOGIQUES DES RADIATIONS SOLAIRES SUR LA PEAU

Les phénomènes précoces

L’action calorique est secondaire aux infra rouges, pénétrant profondément dans la peau, provoquant une vasodilatation avec érythème immédiat et une élévation de la température de la peau. La transpiration assure la régulation de la température, mais, en cas d’une exposition trop importante, il existe un risque d’insolation puis de coups de chaleur, particulièrement chez l’enfant et la personne âgée.  

L’action anti rachitique est liée aux UVB, les UVB stimulant la synthèse de vitamine D dans la peau. L’exposition des seules zones habituellement découvertes, 10 à 15 minutes, 2 à 3 fois par semaine l’été, suffit à assurer les besoins en vitamine D chez l’adulte, et l’enfant en bas âge est systématiquement supplémenté.

La pigmentation immédiate est secondaire à l’action des UVA et du visible (320-700 nm). Elle apparaît quelques minutes après l’exposition et ne dure que quelques heures. Elle correspond à une photo-oxydation des précurseurs de mélanines (pigments synthétisés dans la peau et qui donnent à la peau sa couleur).


Les phénomènes retardés

L’érythème actinique ou coup de soleil survient quelques heures après une exposition solaire avec une intensité maximale 24 h après l’exposition. Son aspect est connu de tous et  présente 4 stades de sévérité fonction de la dose solaire reçue ou de la couleur de la peau: érythème rosé, érythème rouge vif, érythème cyanique, œdémateux et douloureux, bulles.
Les UVA peuvent également donner des coups de soleil, mais il faut des doses 1000 fois supérieures aux UVB pour déclencher un coup de soleil similaire, ce qui n’arrive jamais en temps normal sauf chez les personnes sous traitement médicamenteux photosensibilisant.

La pigmentation retardée ou bronzage: Elle débute 2 à 3 jours après l’exposition et atteint son maximum au bout de 3 semaines. Elle est liée à la synthèse de mélanines par les mélanocytes (cellules pigmentées de la peau qui fabriquent les mélanines). Cette pigmentation joue un rôle essentiel dans la photoprotection naturelle. Au sein des mélanines, l’eumélanine (prédominant chez les sujets bruns) est photoprotectrice. A l’inverse, la phaeomalanine (prédominant chez les sujets roux) est génératrice de radicaux libres.

L’épaississement de l’épiderme :   les UV stimulent la multiplication des cellules de l’épiderme appelées kératinocytes, ce qui conduit à un épaississement de la couche cornée, qui contribue à une photoprotection naturelle.

L’action immunologique : les radiations ultraviolettes inhibent le système immunitaire en induisant la suppression de l’hypersensibilité retardée (HSR) et la tolérance des cancers cutanés photo induits. Cet effet immunosuppresseur est à l’origine de l’utilisation des UV en thérapeutique : photothérapie.


LES EFFETS A LONG TERME

Les effets des UV sont cumulatifs au fil des années, leur gravité est fonction de la dose totale de photons reçue et de la qualité de la photoprotection naturelle de l’individu.
On distingue :
  • le vieillissement cutané photo induit ou Hélio-dermie qui se caractérise par l’apparition de rides profondes et d’une pigmentation irrégulière
  • la photo carcinogénèse ou survenue de cancers cutanés provoqués par les UV.
Les données actuelles impliquent pour un  tiers les UVA dans l’apparition de  ces cancers qui se développent dans la peau comme le carcinome basocellulaire et le carcinome spinocellulaire.